31/03/2012

Le logement : chronique d’une crise annoncée !

logement quievrain.JPGMême si selon les statistiques, Quiévrain est encore une des communes du Royaume où l’immobilier est le moins cher, depuis plusieurs années les prix de vente et les loyers ne cessent de croître de manière effrénée ! De plus en plus de ménages modestes et de la classe moyenne peinent à trouver un logement digne. Ce ne sont malheureusement que les premiers symptômes d’une profonde crise en devenir. 

Le Week-end dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à une conférence sur le sujet où plusieurs professionnels du secteur ont dépeint une situation qui risque bien de s’aggraver. 

Ghislain GERON, Directeur général au Service Public Wallon (SPW), explique que dans les prochaines années la Wallonie va être confrontée à une forte augmentation de sa population (500.000 ménages de plus d’ici 2040). Il faut y ajouter une modification des modes de vie avec de plus en plus de célibataires et de familles monoparentales, entrainant un besoin plus important en nombre de logements. 

Dans le même temps, le haut fonctionnaire wallon indique que les disponibilités foncières sont en train de fondre comme neige au soleil. 80% des zones d’habitat définies par les plans de secteur sont déjà construites. 

Cette forte augmentation de la demande et cette raréfaction de l’offre va donc inévitablement entraîner une importante augmentation des prix que l’on peut déjà d’ailleurs constater depuis plusieurs années. 

Selon Francis CARNOY, Directeur général de la Confédération de la Construction en Wallonie, les prix ont augmenté de manière spectaculaire lors des douze dernières années : 

Entre 2000 et 2010 : 

• Prix des maisons ordinaires : + 104 %

• Prix des flats et studios : + 116 %

• Prix des terrains à bâtir : + 161 %

La crise du droit urbanistique est, selon Bernard PAQUES, avocat spécialiste en urbanisme, un autre problème qui vient toucher le secteur. Ces dernières années, les députés wallon ont produit, selon lui, une ‘diarrhée’ législative en votant textes sur textes et en modifiant sans arrêts des règles d’urbanisme déjà fort compliquées. A tel point que plus aucun professionnel du secteur ne s’y retrouve, perdu entre Plans de secteur, SDER, PCAR, RRU, RCU…et j’en passe et des pires !

logement audregnies.JPG

Face à ces défis, des pistes de solutions existent même si elles restent encore très hypothétiques : 

• fluidification des procédures d’octroi des permis d’urbanisme et clarification des règles ; 

• révision totale des plans de secteurs définis dans les années ’70 dans une optique de fonctionnalisme séparant les différentes activités alors que nous sommes maintenant dans une vision de mixité ;

• densification des logements dans des noyaux d’habitat offrant les services nécessaires et minimisant les déplacements automobiles ; 

• soutien à la démolition/reconstruction favorisant ainsi la réhabilitation des zones de bâti ;

• soutien à la rénovation du parc immobilier en tenant compte des nouvelles contraintes énergétiques ; 

• adoption par les communes d’une réelle politique foncière concertée avec l’administration de l’urbanisme et la population. 

Voilà de grands défis qui attendent tous les responsables politiques des prochaines décennies et qui concernent un besoin de base pour chaque citoyen. 

Les commentaires sont fermés.