26/02/2012

PETIT patrimoine local, GRANDE valeur sentimentale

Quiévrain, Baisieux et Audregnies ne possèdent pas (ou plus) de châteaux et de grands bâtiments publics prestigieux. Seuls deux édifices sont classés sur la Commune : l’église St-Martin et l’octroi (face à l’ancien garage Defrenne). 

potale.JPGPar contre, les rues de nos villages sont parsemées d’un petit patrimoine rural, souvent des petits édifices, plus humbles et plus modestes, qui, de par leur proximité et leurs silhouettes familières, marquent le territoire et le cadre de vie d'une empreinte significative. 

Ces éléments de petit patrimoine populaire sont autant de témoignages du passé, des modes de vie et de pensée d'autrefois, des croyances et des traditions, des usages et des coutumes, des heurs et malheurs de ceux qui nous ont précédés. Ils contribuent fortement à l’identité de nos villages et à la qualité de notre cadre de vie.

Il peut s’agir d’anciens moulins, de cascades, de calvaires, de chapelles, de potales, de bornes, de monuments aux morts, de statues ou plaques commémoratives, de sépultures singulières, d’arbres remarquables ou de petits éléments du patrimoine ferroviaire et vicinal. 

quiévrain,baisieux,audregnies,patrimoineCe patrimoine collectif majoritairement apprécié et respecté par les quiévrainois mais aussi en voie de dégradation naturelle ou sujet à des actes de vandalisme, se doit d'être restauré pour les générations futures. Ces travaux peuvent faire l’objet d’une demande de subvention auprès du Service Public Wallonie

Une subvention maximale de 7.500€ est accordée pour des travaux d'entretien et de restauration et une subvention allant jusqu’à 2.500€  est possible pour les actions de mise en valeur et de promotion du petit patrimoine populaire local.

Voici quelques exemples de rénovations menées à bien dans d’autres communes : Beauvechain - Anhée - Neufchâteau

quiévrain,baisieux,audregnies,patrimoine

16:58 Écrit par Frédéric | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : quiévrain, baisieux, audregnies, patrimoine |  Facebook |

06/02/2012

Un planning familial pour… les pigeons quiévrainois

Jadis, Quiévrain était connu pour ses lâchers de pigeons voyageurs. Aujourd’hui les oiseaux de concours sont partis mais les pigeons sauvages ont envahi le centre-ville.  Squatteurs pendant de nombreuses années de la maison communale abandonnée, depuis sa destruction, on les retrouve maintenant sur les toits de l’école Don Bosco ou de l’Athénée royal. 

Pigeons Don Bosco.jpg

Les raisons de cette invasion ? Une nourriture à foison, des prédateurs quasi inexistants et des édifices pour nidifier. Du coup, les portées sont plus nombreuses (même en hiver), la fécondité et la longévité anormalement élevées. 

C’est un réel problème car la surpopulation de pigeons urbains entraine de nombreuses nuisances : odeurs, malpropreté... et des fientes qui favorisent le développement des parasites et un risque de transmission directe de maladies à l’homme (ornithose, salmonellose…). 

Que faire ? Une chasse massive est peu respectueuse des animaux et difficilement envisageable dans un milieu urbain comme notre centre. Le placement de filets et picots sur certains bâtiments publics ne fait que reporter le problème sur d’autres édifices. C’est clair, il n’y a pas de solutions simples ! 

v218_w-250_Pigeonnier.jpgUne alternative plus durable existe : le pigeonnier. Le placement d'un ou plusieurs pigeonniers permet à terme de :

• maîtriser leur prolifération par le contrôle du nombre d'œufs amenés à éclosion;

• faciliter le nettoyage puisque les fientes sont principalement déposées à l'endroit où se nourrissent et où logent les oiseaux;

• contrôler le bon état sanitaire de la population aviaire.

De nombreuses villes allemandes, françaises ou hollandaises ont déjà opté pour ce système de gestion durable d’un problème vécu au quotidien dans notre commune. Selon l'expérience française (Paris notamment), le placement, d'un pigeonnier de 250 places permettrait de faire baisser la population de 1.200 individus par an. Un pigeonnier qui peut aussi devenir un outil pédagogique intéressant pour les élèves de nos écoles quiévrainoises. 

Gaia a réalisé un intéressant dossier sur le sujet

23:37 Écrit par Frédéric | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : quiévrain, pigeons |  Facebook |

01/02/2012

Le jumelage entre communes, un outil intéressant

Jumelage.JPGLors des 500 jours de crise communautaire, on a souvent entendu des flamands et des francophones se plaindre de l’intransigeance de nos politiciens et déclarer n’avoir aucun problème avec les concitoyens de l’autre communauté linguistique. 

Malheureusement, les citoyens des deux communautés ont peu d’occasion de se rencontrer et d’échanger des idées. Alors, pourquoi ne pas, au niveau communal, apporter notre pierre à l’édifice d’une meilleure compréhension mutuelle en organisant un jumelage entre Quiévrain et une commune flamande de la même taille ? 

Un tel jumelage intra-belge aurait plusieurs avantages : des visites possibles sans longues distances et donc peu coûteuses, des possibilités d’échanges linguistiques pour nos écoliers, des visites réciproques de nos groupes folkloriques, une mise en valeur des atouts touristiques des Hauts-Pays, des échanges culturels ou sportifs, entre associations de jeunesse ou d’ainés… 

Plusieurs communes ont déjà passé le pas : 

Hotton - Izegem, Wanze - Koksijde, Wépion-sur-Meuse - Koksijde, Bouillon - Machelen, Vresse-sur-Semois - Middelkerke, Rixensart - Poperinge, Attert - Kruishoutem, Nassogne - Ledegem, Durbuy - Nieuwpoort, Eupen - Temse, Huy - Tienen, Vielsam - Zonnebeke.

Pourquoi pas Quiévrain ? Il s’agit d’une initiative qui demande peu de budget et qui peut rapidement porter ses fruits par des actions concrètes. 

Et ensuite, pourquoi ne pas tenter l’aventure de l’autre côté de la Manche ? Peut-être l’occasion d’envoyer nos écoliers en séjour linguistique en Angleterre sans trop de frais ! En outre, pour des jumelages entre communes de l’UE, des subsides européens sont disponibles. 

Pour l’instant, Quiévrain est seulement jumelés avec Tymbark en Pologne sans que ce jumelage ne soit réellement profitable aux citoyens. Trop loin…

Voici un guide pratique du jumelage qui contient de nombreux exemples de réalisations réussies dans des domaines aussi divers que la citoyenneté, l’inclusion sociale, l’économie ou le développement durable…  

06:50 Écrit par Frédéric | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : quiévrain, jumelage |  Facebook |